Portail officiel de l'aide à la jeunesse en fédération Wallonie-Bruxelles

favorisimprimerenvoyer

Contact

Aide à la jeunesseaidealajeunesse.be

Les études et recherches soutenues par la Direction générale de l'aide à la jeunesse

Chaque année, la Direction générale de l'aide à la jeunesse soutient activement plusieurs recherches. Les initiatives de ces projets ont des provenances diverses. Il arrive qu'un sujet particulièrement intéressant à approfondir se dégage au cours de plusieurs réunions internes à l'administration. Parfois, il s'agit d'un thème primordial à investiguer qui est proposé par les "travailleurs de terrain". Les critères de sélection entre les différentes demandes suivent de près les réalités de l'actualité.


  • Recherche « Jeunes prostitué-es et réponses sociales » sur la problématique de la prostitution des mineurs et de sa prise en charge en Communauté française

Cette recherche a débuté en octobre 2005, à la demande de Catherine FONCK - Ministre de l’Enfance, de l’Aide à la Jeunesse et de la Santé - et a été menée par Myriam DIELEMAN, licenciée en socio-anthropologie. Elle est portée par un Comité de pilotage composé d’acteurs de terrain.

La recherche poursuivait plusieurs objectifs qu’elle a atteints :

  • Etablir un état des lieux qualitatif de la prostitution des mineurs en Communauté française (trajectoires de vie et situations d’entrée en prostitution, prises de risque, parcours de Mineurs Etrangers Non Accompagnés) ; et quantitatif (données statistiques existantes fédérales et locales).
  • Analyser la prise en charge socio-judiciaire actuelle du phénomène, et mettre en lumière les moyens et les difficultés des intervenants (aide à la jeunesse, social, policier, judiciaire).

La réflexion menée sur ces deux volets donne actuellement lieu à la mise en œuvre de recommandations et de pistes d’action aux fins d’améliorer l’intervention.

Accéder à la recherche (document pdf à télécharger)


  • Recherche à propos des caractéristiques médico-psychologiques et socio-familiales d'adolescents délinquants au parcours délictueux sévère placés à l'Institution Publique de Protection de la Jeunesse de Wauthier-Braine

En 1998, l'équipe psycho-médico-sociale de l'IPPJ de Wauthier-Braine a élaboré un protocole de recherche visant à évaluer les antécédents familiaux et individuels ainsi que le fonctionnement psychologique et neurocognitif des jeunes placés à Wauthier-Braine pour des séjours longs. Le double objectif de cette recherche était la mise au point d'outils scientifiques d'évaluation objective qui pourraient être utilisés au sein de l'ensemble des IPPJ, ainsi que la création de banques de données. Le rapport final a été déposé en juin 2002.

  • Recherche action à propos des appréciations éducatives à l'Institution Publique de Protection de la Jeunesse de Braine-le-Château

Cette recherche commencée en septembre 1999, sur l'évaluation du système d'appréciation appliqué aux jeunes hébergés à l'institution de Braine-le-Château, a été menée avec le groupe "Institutions" du Centre Chapelle au Champs. Il s'agit d'une réflexion sur les pratiques du terrain. Le but de cette recherche était, à partir d'un questionnement sur la pertinence du système d'appréciations des jeunes accueillis, de parvenir, à la suite d'une démarche d'analyse institutionnelle, à l'élaboration de propositions de formations et de supervisions tant au niveau de l'encadrement éducatif, psycho-médico-social, que de l'équipe de direction. A ce titre, cette recherche pouvait être qualifiée de "recherche-action".

  • Recherche à propos de l'apport de la parole des familles dans l'aide à la jeunesse

Cette recherche a débuté en décembre 2000. Elle a été est menée par le Centre de Recherche et d'Intervention Sociologiques de l'Université de Liège (CRIS). Suite au Rapport général sur la pauvreté, une concertation régulière s'est mise en place entre les associations partenaires (ATD, LST, le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme) et l'Administration de l'aide à la jeunesse. Ce dialogue a mis en évidence l'importance de la prise en compte de la parole de la famille et des jeunes par rapport aux mesures prises à leur égard et de recueillir, à ce niveau, des données objectivables telles qu'elles sont contenues dans les dossiers des services de l'aide à la jeunesse (SAJ). Cette recherche devait permettre à partir d'une grille d'analyse de procéder à certaines corrélations particulières afin d'avancer des hypothèses ,en réponses notamment aux questions formulées par les partenaires de la recherche. Le rapport a été déposé en décembre 2001.

  • La recherche-action portant sur l'analyse de la méthodologie de Centres d'Orientation Educative (COE) à travers l'évaluation par les familles de leurs interventions

Cette recherche menée par l'ASBL Synergie a débuté en décembre 2000. Elle vise à poursuivre et à approfondir un travail de réflexion entamé par un COE (le GAPS) auquel ont été associés deux autres COE , le GAIMO et le MODULE. Elle tentera d'apporter un nouvel éclairage sur la méthodologie de travail et de l'améliorer par la prise en compte de la manière dont elle est vécue par les familles. Le cas échéant, de nouveaux modes d'intervention seront introduits.

  • Recherche portant sur le travail en réseau: Balises et limites

Cette recherche a débuté en décembre 2002. Elle est menée par l'ASBL Parenfants de Namur. L'objectif est de définir, sur l'arrondissement judiciaire de Namur, les limites concrètes au travail en réseau dans le champ de la maltraitance, de poser des balises et d'identifier des modalités opérationnelles de relations entre services, principalement dans les domaines de la concertation, de la coordination et de l'évaluation.

  • Recherche sur l'usage fait par les autorités judiciaires des nouvelles possibilités de prise en charge des mineurs délinquants, suite à l'abrogation de l'article 53 de la loi du 8 avril 1965 relative à la protection de la jeunesse

Cette recherche a débuté le 1er mars 2003. Elle est menée par le Service de Psychologie de la Délinquance et du Développement Psychosocial de L'Université de Liège, sous la direction du Professeur M. Born. Elle est destinée à réaliser une analyse statistique et une enquête qualitative de l'usage par les magistrats de la jeunesse des nouvelles possibilités de prise en charge des mineurs ayant commis des faits qualifiés infractions.

  • Recherche sur les formes de collaboration entre les services de l’aide à la jeunesse et les centres publics d’aide sociale

Cette recherche a débuté le 1er décembre 2003. Elle est menée par l’agence AlterR&I – Département "Recherche et innovation" d’Alter ASBL. Cette recherche porte sur l’évaluation des moyens alloués par les CPAS pour l’aide aux mineurs dans le cadre de leurs missions d’aide sociale et sous l’angle des collaborations avec les services de l’aide à la jeunesse. Fin de la recherche au 1er mars 2004.

  • Recherche portant sur l’évaluation scientifique des adolescents auteurs d’infractions à caractère sexuel

Cette recherche qui s’est déroulée du 1er décembre 2003 au 30 novembre 2004 fût menée par l’ASBL Unité de Psychopathologie Légale (UPPL). La subvention porte sur la deuxième phase de cette recherche qui est destinée à réaliser un évaluation scientifique des adolescents auteurs d’infractions à caractère sexuel.

  • Recherche sur la problématique de l’évaluation de l’état de danger tel qu’il est visé par le décret du 4 mars 1991 relatif à l’aide à la jeunesse

Cette recherche a débuté le 10 décembre 2003. Elle est menée par l’Université de Mons-Hainaut – Faculté de psychologie. Cette recherche vise à dégager des pistes d’action ayant pour objectif final de cerner un méthodologie de l’évaluation de l’état de danger et en particulier dans un premier stade à effectuer la recension de la bibliographie belge et internationale sur ce sujet dans les aspects théoriques et méthodologiques et la définition des bases d’une recherche action, qui dans un second stade, associera tous les intervenants potentiels du secteur.

Accéder au rapport de recherche 2007

  • Recherche sur l’évaluation de l’accompagnement post-institutionnel (API) en Communauté française

Cette recherche menée par Monsieur Lionel HOUGARDY, Licencié en criminologie, Maître de conférences a débuté le 1er avril 2004. Les objectifs de cette recherche sont centrés sur :


- la sensibilisation des travailleurs des API à la nécessité de l’évaluation ;
- l’étude statistique menée sur les dossiers clôturés en analysant les grilles de synthèse du comportement du mineur ;
- la réflexion sur la méthodologie de travail et sur les aspects organisationnels de celui-ci ;
- la formulation de recommandations concertées ;
- la transmission et publicité des résultats aux intervenants.

  • Recherche: "L’adoption, pour un meilleur apparentement et accueil de l’enfant, essai de construction d’un outil de recueil d’information active"

Cette recherche, qui a débuté en août 2004, est menée par l’ASBL " A la Croisée des Chemins ". Cette recherche vise dans un premier temps à l’élaboration d’un outil d’observation d’enfants proposés à l’adoption. Ce travail d’élaboration fera appel à l’expérience des acteurs belges et étrangers directement concernés par la problématique de l’adoption internationale ainsi que des acteurs belges et étrangers spécialisés en observation de l’enfant, en pédiatrie et en pédagogie. Les enfants placés dans les institutions bélarusses constitueront le public de cette recherche.

  • Recherche-pilote sur la sensibilisation des autorités publiques à la Communauté Rom et sur l’intégration scolaire des enfants Roms 

Réalisée en 2004 par la Coordination des ONG pour les droits de l’enfant (CODE) avec le soutien de la Direction générale de l’aide à la jeunesse, cette recherche-action vise à développer des actions concrètes d’information et de sensibilisation des autorités publiques et en particulier de la police sur ce thème, à proposer ensuite une analyse approfondie de la scolarité des enfants Roms.

Après une introduction au monde Rom (image, diversité et constantes de sous-groupes présents en Belgique), les auteurs dressent une esquisse sociologique des personnes Roms en situation de mendicité et donnent un aperçu du cadre légal de la mendicité et des politiques menées par les autorités publiques. La scolarité des enfants Roms est abordée à la lumière de la réglementation de l’enseignement et d’une analyse de la scolarisation (obstacles, motivations, caractéristiques du parcours scolaire). L’étude se conclut par des recommandations visant à développer une politique respectueuse de la Convention des droits de l’enfant pour les mineurs en  situation de mendicité et à permettre une meilleure intégration scolaire des enfants Roms.

  • Etude relative aux projets de prévention générale 2004 

Réalisée par le bureau d’études indépendant Sonecom à la demande de la Ministre de l’enfance, de l’aide à la jeunesse et de la santé de la Communauté française, cette étude comporte deux parties : Un volet quantitatif envisage l’ensemble des projets de prévention générale mis en œuvre en 2004 (171 projets recensés) ;  un volet qualitatif aborde la conception de la prévention générale au sein des conseils d’arrondissement de l’aide à la jeunesse.

  • De l'enfance  à l'âge adulte: quelles trajectoires pour les jeunes placés dans les institutions publiques de protection de la jeunesse?

Réalisée en 2006 par le service de psychologie de la délinquance et du développement psychosocial de l’université de Liège, cette recherche poursuit le double objectif de caractériser la population des ippj et de suivre la trajectoire de vie des jeunes en amont et en aval de leur placement. Il s’agit d’étudier différents groupes d’âge (aspect transversal) à diverses reprises dans le temps (aspect longitudinal). L’échantillon est constitué de deux groupes de jeunes placés à cinq années d’intervalle, respectivement en 1987 (202 jeunes) et 1992 (200 jeunes).

Cette étude met notamment en évidence l’influence de facteurs protecteurs (soutien social, climat éducatif, relation à une personne de référence, compétences cognitives) et de la résilience sur l’évitement des conduites d’inadaptation sociale.

Etant donné l’importance considérable pour le jeune de positiver le vécu du placement, une des pistes de travail serait d’amener le jeune à être acteur de son placement dans les limites de ses possibilités personnelles.

  • La scolarisation et le réaccrochage scolaire dans les sections éduction des IPPJ, au départ du projet particulier de Jumet 

Commandée par la ministre de l’aide à la jeunesse, cette recherche conjointe de l’université libre de Bruxelles et de l’université de Liège, réalisée en 2007, est d’abord une vaste étude quantitative sur la population des jeunes ayant séjourné en 2006 en institution publique de protection de la jeunesse (ippj), en section éducation et en régime ouvert.

L’objectif assigné aux ippj de (re)socialiser les jeunes qui leur sont confiés est-il indépendant de la durée du séjour ? Faut-il privilégier la (re)scolarisation à l’extérieur ou la formation en interne ? Sachant que la durée du séjour en section éducation n’est pas règlementée, faut-il établir une durée maximale assurant une plus grande rotation des prises en charge ? La spécificité du projet pédagogique de l’ippj de Jumet (scolarisation dans le réseau environnant et plus longue durée moyenne de séjour) doit-elle être étendue, aménagée, abandonnée ?

Le lecteur trouvera des éléments de réponse et de réflexion à ces questions de prospective autour de l’organisation des ippj. Une analyse qualitative, à partir d’entretiens au sein des ippj et d’observations participantes à l’ippj de Jumet complète cette étude, suivie des conclusions et recommandations conjointes des deux équipes de recherche.

Accéder à la recherche

Accéder aux annexes de la recherche

  • Les dispositifs d'accueil familial pour mineurs en danger et/ou en difficultés présentant une problématique lourde 

Parmi les situations d’enfants nécessitant un hébergement en famille d’accueil, les problématiques plus lourdes appellent des modalités adaptées d’encadrement familial.

Dans ces situations particulières, la professionnalisation des familles d’accueil est-elle un mode d’ajustement qu’il conviendrait d’expérimenter, voire de généraliser en Communauté française ?

Inscrite dans le plan pour l’Aide à la jeunesse conçu par Mme la Ministre Fonck, cette interrogation a conduit au lancement d’un processus de recherche confiée au Centre d’expertise et de ressources pour l’enfance (CERE asbl), avec les objectifs suivants :

Réaliser une comparaison internationale des dispositifs existant dans d’autres pays destinés à offrir un accueil familial aux mineurs en danger et/ou en difficultés présentant une problématique lourde et conceptualiser ces dispositifs.

Evaluer pour les plus intéressants d’entre eux l’opportunité de les introduire en Communauté française.

Evaluer leur praticabilité sur le terrain.

Déposé en 2007, le rapport de recherche propose une approche comparative des dispositions légales, administratives et budgétaires à l’échelon national (organisation de l’accueil familial en Communauté flamande et en Communauté germanophone) et international (France, Suisse, Luxembourg, Allemagne, Royaume-Uni, Canada).

  • Les enfants victimes de maltraitance en Communauté française

Analyse sociologique du système global relatif à l’identification et à la prise en charge des situations (recherche accessible sur le site www.cere-asbl.be.http://www.carrefoursaj.be/

Réalisée en 2007 à la demande de madame la Ministre Catherine Fonck, cette recherche a pour point de départ le double questionnement suivant :

Tous les cas de maltraitance sont-ils identifiés ?

Tous les cas de maltraitance sont-ils pris en charge et comment ?

Réalisée par l’asbl CERE, Centre de ressources et d’expertise pour l’enfance, cette analyse a d’abord produit une étude de documents réglementaires (afin de repérer les différents acteurs et connaitre leurs mandats et missions), suivie d’une étude secondaire d’études existantes (afin d’affiner la connaissance des problèmes concrets qui se posent et les réalités de terrain des différents acteurs), enfin des entretiens exploratoires avec des acteurs se situant à différentes places dans le système.

Afin de proposer une analyse des services au plus près de leurs pratiques quotidiennes, les auteurs de l’étude ont opté pour une classification en 5 sphères d’action : Voir et recevoir ; accompagner les familles ; accompagner les professionnels ; diagnostiquer ; soigner.

Zoom sur...